Article posté le lundi 28 août 2017

La jalousie amoureuse

Vous devenez fou quand votre compagne fait une sortie avec ses amies ? A son retour, vous ne pouvez vous empêcher de l’inonder de reproches ou de lui faire subir un interrogatoire en règle sur les moindres détails de sa soirée. Votre conjoint part en formation dans le cadre de son travail ? Votre cœur se serre alors que vous l’imaginez discuter et rire avec des collègues plus belles et plus jeunes que vous. La jalousie représente une véritable souffrance quotidienne pour celui qui l’éprouve et empoisonne la vie de celui qui la subit. Quelles sont les différentes formes de jalousie et comment peut-on l’apaiser ?

La jalousie peut être normale

Depuis quelque temps, Rudi n’est plus comme avant. Les fous rires et les moments de complicité qui jalonnaient votre vie de couple se sont raréfiés, il passe de plus en plus de temps devant son ordinateur et la troisième mi-temps du foot a une fâcheuse tendance à se prolonger. Vous n’êtes pas d’un naturel  jaloux et pourtant, là, vous ressentez de plus en plus souvent un pincement au cœur. Cette sensation est adéquate, elle agit comme un signal d’alarme qui attire votre attention sur le fait que quelque chose d’anormal se passe dans votre couple.

Cela fait deux ans que vous êtes en couple avec Jérémy dont vous êtes fort amoureuse. Vous vous voyez deux à trois fois semaine et chacun habite toujours de son côté. Jusqu’ici vous vous êtes montrée patiente car vous savez qu’il a souffert  d’une rupture douloureuse mais ici vous vous sentez de plus en plus frustrée et en colère. Vous souhaiteriez passer à l’étape suivante dans votre couple mais, malgré ses promesses répétées,  aucun pas concret ne fait dans la direction souhaitée. Vous vivez de plus en plus mal ses sorties en célibataire.  Vous l’imaginez régulièrement dans les bras de quelqu'un d’autre et vous lui faites des scènes lorsque vous vous retrouvez ensemble. Ici , la jalousie  est un sentiment sain: elle vous indique que vos besoins de complicité et d’engagement ne sont pas satisfaits.

Vous êtes très malheureux. Cela fait quelques semaines que Nathalie ne vous semble plus aussi amoureuse. Les attentions ont cessé et les moments d’intimité se font rares. Dernièrement, vous êtes tombé par hasard sur des messages assez équivoques sur le GSM  de votre compagne et la semaine passée, alors que vous circuliez en voiture dans le centre-ville, vous l’avez surprise enlacée dans les bras d’un autre. Vous vous sentez déçu, trahi. Vous n’avez pas encore osé lui en parler mais ces images d’elle en train d’embrasser l’autre tournent en boucle dans votre tête. Pour la première fois de votre vie, vous sentez les griffes de la jalousie se planter dans votre cœur. Vous êtes désemparé, oscillant entre la colère, la tristesse et la peur de la perdre. Ici aussi, la jalousie est un sentiment naturel. Elle ne repose pas sur des histoires imaginaires mais sur des faits réels que vous avez pu observer. Que l’intérêt de votre partenaire vis-à-vis d’un autre se limite à des jeux de séduction  ou repose sur une infidélité avérée, la jalousie va se mettre en place afin de protéger la relation et l’intimité sexuelle.

Dans les différents cas de figure repris ci-dessus, la jalousie est un sentiment naturel qui vous montre que quelque chose ne tourne plus rond dans votre couple, que vos besoins ou ceux de votre partenaire ne sont plus rencontrés. Il convient alors d’entamer un dialogue pour voir ce qui est manquant dans votre couple et si les besoins de l’un et de l’autre peuvent encore être rencontrés dans un parcours commun.

La jalousie peut être excessive

Vous n’en  pouvez plus. Vous ne pouvez plus sortir boire un verre avec vos collègues sans que Marina vous fasse une scène. Elle vous téléphone plusieurs fois par jour pour vérifiez où vous êtes, avec qui vous êtes et à quelle heure vous rentrez. Si vous avez le malheur de rentrer un peu plus tard que prévu, vous avez droit à des reproches et une scène de jalousie. Vous savez qu’elle va régulièrement fouiller dans votre GSM et qu’elle surveille vos agissements sur FB. Vous avez beau essayer de la rassurer sur votre amour, rien n’y fait. Alors, pour éviter les conflits, vous limitez vos sorties au maximum mais vous avez de plus en plus le sentiment d’étouffer dans votre couple.

Nous nous retrouvons  ici face à une jalousie possessive  qui repose plus sur un fantasme d’abandon que sur des faits réels. Le jaloux a très peur que l’autre l’abandonne ou cesse de l’aimer. Alors, il réclame sans cesse des preuves d’amour tout en guettant le moindre signe de désamour. Pour contrer cette angoisse d’abandon, le jaloux va mettre en place tout un système de contrôle destiné à se rassurer : vérification des mails, du GSM et des réseaux sociaux de son partenaire, limitation de la vie sociale de son partenaire et de ses échanges avec le sexe opposé, contrôle de sa tenue vestimentaire,…  Il  va  rechercher également une relation fusionnelle où tout se fait le plus possible  à deux et où l’espace de liberté de chacun est réduit à sa plus simple expression. Il s’agit d’une forme de dépendance affective. Le jaloux demande à son conjoint de combler son vide, de nourrir ses besoins affectifs et de le rassurer sur sa valeur personnelle. Dès lors, il aura de plus en plus besoin de la présence de son partenaire et se sentira mal s’il en est séparé.

Quelles sont les causes de cette angoisse d’abandon ? 

  • Une insécurité affective de base
    La personne a vécu de l’abandon dans sa petite enfance : parent absent, malade ou peu attentif, arrivée d’une petite sœur ou d’un petit frère qui a concentré l’attention de la famille, vécu relationnel douloureux à l’école,…  L’individu peut aussi avoir vécu un sentiment de trahison dans sa jeunesse ou dans son couple précédent. Il lui sera dès lors difficile d’accorder à nouveau sa confiance
  • Un manque d’estime de soi
    Si on n’a pas suffisamment d’estime personnelle, comment pouvons-nous nous croire digne d’être aimé ? Il y aura toujours quelqu’un de plus beau, de plus intéressant qui risque de nous « rafler la palme ». Cette peur risque de nous conduire à des « réflexes d’agrippement » vis-à-vis de notre partenaire.
  • Une projection de nos propres désirs d’infidélité
    Parfois, ce sont nos propres envies d’infidélité (conscientes  ou inconscientes) que nous projetons sur notre partenaire. Il n’y a pas de pire jaloux qu’un infidèle ! En effet, comment pourrions-nous faire confiance à notre conjoint alors que notre propre imaginaire est truffé d’envie d’aller voir si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs ?!

La jalousie  n’est donc pas, comme le croient certains, une preuve d’amour mais représente plutôt un manque d’amour, envers soi d’abord, et ensuite envers l’autre. En effet, celui-ci  est plus considéré comme un objet visant la satisfaction de nos besoins affectifs que comme une personne à part entière, libre de vivre une vie qui l’épanouit. La jalousie représente tout d’abord une grande souffrance pour celui qui l’éprouve mais provoque aussi des sentiments d’oppression et d’étouffement chez celui qui la subit. La jalousie risque, à terme,  d’être néfaste pour le couple et de provoquer ce que l’on redoute le plus, c’est-à-dire la rupture.

Dès lors, comment réagir, comment sortir du cercle vicieux de la jalousie ?

 

  • Pour le jaloux :
    Accueillir notre sentiment de jalousie, avoir de l’empathie pour cette grande souffrance que représente cette peur d’être abandonné ou désaimé, comprendre les origines de notre peur, augmenter notre confiance en nous, rassurer notre enfant intérieur, gérer notre peur tout en apprenant à arrêter les comportements de surveillance, apprendre à prendre soin de nos besoins affectifs d’une manière adaptée.

 

  • Pour celui qui subit la jalousie
    Se demander si la jalousie de notre partenaire est fondée ou non. Se questionner sur notre investissement affectif dans le couple, vérifier si nous prenons soin de la relation amoureuse. Si la réponse est affirmative, surtout ne pas réduire notre vie pour répondre à l’insécurité de notre conjoint. Continuer à faire ces activités qui nous plaisent et nous épanouissent. Rassurer notre partenaire, lui montrer notre amour tout en mettant des limites à son comportement possessif. Revaloriser la relation en vivant des moments de qualité rien qu’à deux.

La jalousie peut être pathologique

La jalousie devient pathologique lorsque l’autre imagine des choses qui ne sont plus de l’ordre du possible mais du délire. La peur d’être trompé devient obsessionnelle : le bonjour du voisin, la nouvelle tenue, le sourire d’un autre parent à l’école, la moindre chose devient une preuve de l’infidélité. La jalousie devient paranoïa. La surveillance se fait constante, le besoin de contrôler l’autre devient viscéral. L’agressivité monte et la violence, qu’elle soit psychologique ou même physique, fait de plus en plus partie du quotidien.

Comment s’en sortir ?

Les individus qui vivent une jalousie de ce type sont des êtres émotionnellement très fragiles et instables. Il est impératif qu’ils consultent s’ils veulent s’en sortir.  Cependant, ils le font rarement tant ils sont persuadés d’être victime  de la malveillance de leur partenaire.

Les personnes qui subissent cette jalousie délirante  et cette violence au quotidien doivent aussi chercher une aide extérieure. D’abord, il y a un risque pour leur intégrité physique, ensuite il importe qu’elles puissent (re)construire leur estime d’elles-mêmes tout en apprenant à dire stop aux comportements humiliants, violents ou qui restreignent leur liberté.

Lecture pour aller plus loin : « Jalousie, quand tu nous tiens » de Karine Grandval